À l'est des rêves, Réponses even aux crises systémiques

Nastassja Martin

Empêcheurs de penser en rond

  • Conseillé par (Libraire)
    17 décembre 2022

    Il y a eu ce magnifique titre, "Croire aux fauves", paru chez Verticales. C’est sur ce même terrain du Kamtchatka, péninsule de l’est de la Russie, que s’élabore "A l’Est des rêves" – et l’on retrouve avec bonheur certaines des silhouettes et des scènes du récit précédent ; paroles, rêves, feu. Comment vivre après l’effondrement ? Alternant ici entre récit et analyse, Nastassja Martin s’attache à saisir les implications du choix opéré par Daria et sa famille, à la chute de l’URSS, qui a consisté à repartir vivre en forêt. Au-delà des modes de subsistance engagés – chasse, pêche, cueillette –, il s’agit de retrouver le chemin fragile vers les « êtres et entités de la forêt qui comptent, en réactivant les possibles de relation ayant été suspendus par le processus colonial » - et à ce titre, les rêves jouent un rôle pivot. Quelques décennies ont suffi pour abolir quantité de savoirs, ou les figer en pratiques folkloriques. Les parages sont méthodiquement vidés de toute vie. Le dernier chamane se tait. Pourtant, la tentative tenace de Daria et de sa famille dessine un possible. Et Nastassja Martin de citer Bruno Latour : « Et si le naturalisme n'était qu'une parenthèse de l'histoire? Une parenthèse exotique au sein de laquelle nous aurions réduit les entités et leurs relations à des "points séparés les uns des autres" s'ordonnant dans et par les lois universelles de la nature, mais qui n'aurait pu être opérante que très peu de temps. C'est à ceux qui nous ont précédés, qui ont été écrasés par les politiques coloniales sous-tendues par ce corpus d'images et d'idées, et qui refont surface aujourd'hui grâce à l'instabilité écosystémique que ce livre est consacré ». Vivifiant.


  • Conseillé par (Libraire)
    17 décembre 2022

    Il y a eu ce magnifique titre, "Croire aux fauves", paru chez Verticales. C’est sur ce même terrain du Kamtchatka, péninsule de l’est de la Russie, que s’élabore "A l’Est des rêves" – et l’on retrouve avec bonheur certaines des silhouettes et des scènes du récit précédent ; paroles, rêves, feu. Comment vivre après l’effondrement ? Alternant ici entre récit et analyse, Nastassja Martin s’attache à saisir les implications du choix opéré par Daria et sa famille, à la chute de l’URSS, qui a consisté à repartir vivre en forêt. Au-delà des modes de subsistance engagés – chasse, pêche, cueillette –, il s’agit de retrouver le chemin fragile vers les « êtres et entités de la forêt qui comptent, en réactivant les possibles de relation ayant été suspendus par le processus colonial » - et à ce titre, les rêves jouent un rôle pivot. Quelques décennies ont suffi pour abolir quantité de savoirs, ou les figer en pratiques folkloriques. Les parages sont méthodiquement vidés de toute vie. Le dernier chamane se tait. Pourtant, la tentative tenace de Daria et de sa famille dessine un possible. Et Nastassja Martin de citer Bruno Latour : « Et si le naturalisme n'était qu'une parenthèse de l'histoire? Une parenthèse exotique au sein de laquelle nous aurions réduit les entités et leurs relations à des "points séparés les uns des autres" s'ordonnant dans et par les lois universelles de la nature, mais qui n'aurait pu être opérante que très peu de temps. C'est à ceux qui nous ont précédés, qui ont été écrasés par les politiques coloniales sous-tendues par ce corpus d'images et d'idées, et qui refont surface aujourd'hui grâce à l'instabilité écosystémique que ce livre est consacré ». Vivifiant. L.


  • Conseillé par (Libraire)
    15 décembre 2022

    Les Evens ou le retour en forêt

    L'anthropologue Nastassja Martin est parti sur les traces des Evens du Kamtchatka. Peuple nomade vivant de chasse, de pêche et de cueillette, ils sont sédentarisés au début du XXème siècle par l'Union soviétique avec l'obligation de participer aux kolkhozes, perdant alors certaines de leurs traditions. Elle nous raconte l'histoire de leur retour en forêt dans ce très bel essai sous forme de récit.

    Romain


  • Conseillé par (Libraire)
    22 octobre 2022

    Un récit anthropologique envoûtant

    Comment maintenir un lien avec le monde quand la nature est menacée par les bouleversements climatiques ?

    Dans "À l'est des rêves", l'anthropologue Nastassja Martin raconte comment les Even du Kamtchatka, un collectif autochtone de Russie, ont fait le choix de repartir vivre dans la forêt. Et ce, pour renouer avec leur mode de vie traditionnel : la chasse, la pêche et la cueillette, une vie en autarcie mais reliée au monde par l’animisme.
    De sa plume précise et sensible, Nastassja Martin nous embarque dans leur quotidien des Even sans jamais cesser d’interroger, notamment la place des rêves comme boussole vers de nouvelles voies.


  • Conseillé par (Libraire)
    16 octobre 2022

    JULIE

    "A l'Est des rêves, réponses Even aux crises systémiques" de Nastassja Martin aux éditions La Découverte
    Depuis plus de quinze ans l'anthropologue Nastassja Martin arpente les terres du Grand Nord.
    Découverte par le grand public en 2019 avec "Croire aux fauves" elle avait, en 2016 dans "Les âmes sauvages", choisi l'Alaska et le peuple Gwich'in pour déjà nous raconter les désastres écologiques et culturels, pendants inévitables de notre modernité.
    Dans "A l'Est des rêves" elle traverse le détroit de Béring pour passer du côté russe à la recherche de collectifs autochtones qui auraient fait le choix de repartir en forêt après l'effondrement du système soviétique. C'est au Kamtchatka qu'elle va rencontrer la famille de Daria, originaire du peuple nomade Even, et comment leur retour à une vie de chasse et de cueillette permet à nouveau un lien à la nature basé sur l'animisme et une attention permanente aux changements de notre environnement. On retrouve ses questions sur la place de chacun dans ce monde qui s'effondre et, avec cette lecture passionnante, c'est la certitude que les peuples autochtones ne sont pas seulement des victimes mais également des acteurs à écouter pour des voies nouvelles.


  • Conseillé par (Libraire)
    5 octobre 2022

    L'Anthropologue Nastassja Martin raconte comment une minorité autochtone de la Russie orientale a choisi de retourner dans la forêt. Une critique des certitudes occidentales autant qu'une manière de réenchanter et d'habiter un monde abimé.

    Delphine


  • Conseillé par (Libraire)
    26 septembre 2022

    Au Kamtchtka

    Nastassja Martin nous avait hypnotisé avec son brillant livre Croire aux fauves. Ici, nous la retrouvons dans son travail d'anthropologue auprès des Even de Sibérie. Pas simple pour une occidentale d'être acceptée par un peuple qui la voit comme une espionne d'Amérique. Mais, au fur et à mesure, non seulement, on l'accepte, mais elle devient une confidente de Daria ou d'Ivan. Ce livre n'est pas qu'un récit de sa relation avec les Even. Il est surtout une réflexion sur la résistance de ces peuples au pouvoir central et sur l'adaptation au changement climatique. Un essai remarquable. Benoît


  • Conseillé par (Libraire)
    2 août 2022

    Ayant auparavant exploré l’Alaska, Nastassja Martin traverse le détroit de Béring afin d’aller à la rencontre du peuple Even. Auprès d’eux, elle explore les interstices d’un monde qui s’étiole mais où la vie y prolonge son indocilité. « L’expression d’une tension à tenir et d’un équilibre à préserver. » Tourné vers l’est, nous voilà alors inspiré.