EAN13
9782381980362
ISBN
978-2-38198-036-2
Éditeur
L'Arche
Date de publication
Collection
Des écrits pour la parole
Nombre de pages
128
Dimensions
21 x 13,5 x 1 cm
Poids
178 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Gênes 2001

Suivi de Gênes 2021

L'Arche

Des écrits pour la parole

Offres

Journal des « événements » tragiques survenus à Gênes en juillet 2001 lors du sommet du G8, Gênes 01 retrace la violente répression des manifestations altermondialistes par la police et les carabiniers italiens. Proche de l’asphyxie et rythmé de jets de balles lacrymogènes, cet oratorio politique donne la parole aux acteurs de la tragédie. Au terme de trois jours d'émeute et de répression sanglante, le bilan est lourd : 600 blessés du côté des manifestants, près de 200 voitures brûlées, et un mort, Carlo Giuliani, 23 ans, militant « no global » tué par balles à la tête par un policier.
L’acmé de la tragédie composée par Paravidino évoque le dernier jour du sommet : l’assaut de l’école Diaz où s’étaient réfugiés des militants issus de médias alternatifs, détenant des preuves de violences policières. Séquestrés pendant trois jours à la caserne de Bolzaneto, ils subissent de nombreux sévices, violences et humiliations. Ce qu’Amnesty International qualifia de « plus grande violation des droits humains et démocratiques dans un pays occidental depuis la Seconde Guerre mondiale » donna lieu à un acquittement des forces de l’ordre, accusées d'abus de pouvoir, de violences, d'injures et de coups, et de « falsification de preuves », lors de leur procès en mars 2008, en vertu d’une loi d’amnistie instaurée en 2006. Les tortures ne seront officiellement reconnues par les autorités policières italiennes qu’en 2017.
L’appendice Gênes 2021 revient sur le chemin politique et social parcouru depuis le G8. y Passant au crible le système idéologique de l’économie libérale, Fausto Paravidino souligne, de sa plume ironique, les dérives de plus en plus grossières d’un système capitaliste au service des puissants.
S'identifier pour envoyer des commentaires.